Deuxième mouvement de « (Et Toi,) Où Prends-Tu Tes Larmes ? - histoire(s) de famille en révoltes ordinaires », odyssée radiophonique en cinq chants.

Écouter
Visuel : Thomas Forst

Dans La Boue Et L’Acier - ou la colère du cerf, c’est l’histoire du père, Pierre.
Et mon père c’est le plus beau. Il a les cheveux longs, noirs, ondulés.
Les lèvres roses, brillantes, presque maquillées.
Un sourire de diamant. Et des grands yeux de biche.
Tous les jours depuis quinze ans il se réveille à l’heure bleue, l’heure du monde muet.
Ça lui fait du bien, à lui qui est sourd d’une oreille, le calme.
Doucement il se prépare et part, à l’aube, discrètement.
Mon père il a les doigts carré au bout, comme des tournevis plats.
Du lundi au samedi il va s’épuiser dans le vacarme, se briser sur le chantier.
Et le dimanche il essaie de se construire une maison.
Un foyer pour vivre avec sa femme et ses enfants.
En sécurité.

Texte : Florent Barat
Création musicale et sonore : Sébastien Schmitz
Mixage : Michel Bystranowski
Réalisation et mise en ondes : Florent Barat / Sébastien Schmitz

Avec :

Émilie Praneuf (Louise)
Baptiste Toulemonde (Fernand / Choeur)
Arthur Oudar (Malik / Choeur)
Michele De Luca (Tito / Choeur)
Thom Barat (Alexandre)
Sébastien Schmitz (Choeur)
Florent Barat (Le Fils / Pierre / Choeur)

Un grand merci à Sébastien Corbière et Alex Jacob.

"Dans La Boue Et L’Acier - ou la colère du cerf" est le deuxième volet d’un ensemble de cinq autoportraits écrits en vers et en alexandrins qui, réunis sous le titre générique "(Et Toi,) Où Prends-Tu Tes Larmes ?", racontent l’histoire d’une même famille.